La conception agronomique représente la première phase de la procédure de conception de tout type d’irrigation, avec laquelle la quantité d’eau que l’installation doit transporter est déterminée, correspondant aux besoins d’irrigation bruts en période de besoin maximal.

C’est un élément important dans un projet d’irrigation car si des erreurs sont commises dans les calculs de la conception agronomique, elles affecteront plus tard la conception hydraulique.

Les variables à prendre en compte sont:
– Détermination des besoins en eau. La plante n’utilise qu’une petite partie de l’eau disponible dans ses processus métaboliques. Le reste est perdu par la transpiration de la plante elle-même et par l’évaporation dans le sol, phénomène appelé évapotranspiration des cultures (ETc). La quantité d’eau à fournir doit être égale à l’ETc pour compenser ces pertes.

ET0 est l’évapotranspiration de référence, données pouvant être obtenues à partir des stations météorologiques les plus proches de chaque province.
Kc est un coefficient spécifique à chaque culture, un fait qui peut être consulté dans de nombreuses références, dont la FAO.

ETc = Et0 x Kc. – Calcul des besoins en irrigation. Pour obtenir les besoins nets en irrigation (Nn), ce résultat doit être soustrait des gains dus à la pluie ou aux précipitations effectives (Pef). Aucun système d’irrigation n’étant parfait, la valeur précédente est multipliée par l’efficacité d’irrigation (Ea) du système utilisé pour obtenir les besoins bruts (Nb) d’irrigation.

Il est considéré comme un Ea de 90% en irrigation goutte à goutte (et 75% en aspersion).

Nb = Nn x Ea.

– Fréquence et temps d’irrigation.

L’un des avantages de l’irrigation goutte à goutte est l’économie d’eau, précisément parce qu’il n’est pas nécessaire de mouiller toute la terre comme cela se produit lors de l’irrigation par inondation.

La surface mouillée par le compte-gouttes varie en fonction du débit et de la texture du sol. Le débit des goutteurs sera de 4 L / h (à un débit plus faible, une plus grande obstruction) et la surface approximative qui mouille un compte-gouttes a un diamètre d’environ 1,25 m, bien que ces données varient en fonction de la texture du goutteur. terre Pour éviter les calculs, nous utiliserons les tableaux des règlements de production intégrés, conçus à cet effet. – Nombre d’émetteurs par arbre en irrigation goutte à goutte. Age de l’arbre

Clay Sandy Grainy 1 – 2 1 1 1 – 2 2 3 – 4 1 2 2 – 4 4 5 – 6 2 4 4 – 6 6 7 – 8 2 – 4 4 – 6 6 – 8 8 > 8 4 6 8 8 – 12

– Fréquence d’irrigation recommandée dans les systèmes localisés.

Type de sol Clayey Era Sandy Grainy
PRINTEMPS G- 2 V.P.S. G-3 V.P.S. G-DIARY G-1-2 V.P.D. ÉTÉ G-3 V.P.S. G-DAILY G-DAILY G- 2-3 V.P.D. AUTOMNE G-2 V.P.S. G-3 V.P.S. G-DIARY G-1-2 V.P.D. V.P.S. – TEMPS PAR SEMAINE V.P.D. – TEMPS PAR JOUR G – DRIP IRRIGATION SYSTEM MA – SYSTÈME D’IRRIGATION PAR MICROSPERSION – Calcul du flux. Enfin, nous calculons le débit nécessaire pour alimenter notre surface, en multipliant les besoins par plante par le nombre d’arbres.

Ces données nous serviront de point de départ lors du dimensionnement de tous les composants de l’installation dans la seconde partie du projet; la conception hydraulique.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *