Le maïs occupe le troisième rang parmi les céréales, après le blé et le riz, dans l’économie alimentaire. En moyenne, la consommation d’eau est estimée à environ 5000-6000 m³ / ha pour le développement de l’ensemble du cycle de culture, atteignant des niveaux de production élevés.

Naturellement, ces valeurs sont variables en fonction de la disponibilité en eau du terrain, du parcours climatique et de la technique de culture. Le programme d’irrigation doit satisfaire parfaitement les besoins en eau dans la période comprise entre l’émission du panache (environ deux semaines avant la floraison) et la maturation laiteuse (5 à 6 semaines après la floraison) pour un total de 50 -60 jours

Tout au long du cycle productif, le temps d’irrigation et le volume d’irrigation doivent être calculés pour rationaliser l’utilisation de la ressource en eau en évitant le stress minimum qui se manifeste par un flétrissement foliaire pouvant entraîner une perte de production estimée dans 6-8. % à jour. Le volume d’irrigation devrait être établi afin de mouiller la couche de surface du sol d’environ 0,70 m d’épaisseur.

Jusqu’aux premières années du nouveau millénaire, le maïs avait toujours été irrigué avec des méthodes caractérisées par une faible efficacité de l’irrigation. Grâce à la nouvelle prise de conscience environnementale, à la diminution croissante des ressources en eau et à l’augmentation des coûts énergétiques, l’utilisation de l’irrigation goutte à goutte dans la culture du maïs a également été développée ces dernières années.

Les avantages de l’utilisation du goutte à goutte dans le maïs sont nombreux et de grande importance:

– un gain moyen de 30 à 40% est atteint;

– Meilleure qualité des grains grâce à la réduction des périodes de stress hydrique et nutritionnel entraînant une réduction des attaques de mycotoxines;

– économie d’eau de l’ordre de 30% grâce également à l’indifférence de la méthode goutte à goutte vis-à-vis du vent et de la perte par évaporation;

– Avec la fertigation, il est possible de distribuer les engrais rapidement et de manière fractionnée pour répondre au mieux aux besoins du maïs. L’irrigation du maïs par irrigation localisée est réalisée à l’aide des gouttières de saison appropriées équipées de goutteurs de labyrinthe et d’un écoulement turbulent de débit et de distance différents entre les goutteurs.
La technique de la suberigación est appliquée de plus en plus fréquemment dans la culture du maïs. Cette pratique permet d’atteindre les plus hauts niveaux d’efficacité d’irrigation et d’économiser les nutriments en distribuant directement les engrais dans la rhizosphère. L’installation est faite en mode mécanique et dans ce cas il faudra utiliser un goutte à goutte intégré plus épais que ceux utilisés en surface.

0 replies

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *